mob bandeau

Visite Virtuelle

Découvrir

04A Sainte-Engrâce, un lieu sauvage et spectaculaire

Les Gorges de Kakuetta sont classées parmi les sites les plus sauvages et prestigieux d'Europe. Cet espace naturel protégé est un paradis pour les randonneurs et les amoureux de nature.

Ouvertes au public depuis 1966, les Gorges de Kakuetta saisissent d'emblée le visiteur par leur beauté : un lac turquoise, un canyon, une cascade de plus de 20m, des parois vertigineuses luisantes d'eau fraîche, une végétation luxuriante… Mais où est-on ? En Amazonie, sur une île tropicale ou au bout du monde ?
Dans ce pays de Haute-Soule, seuls les contrebandiers empruntaient autrefois les rudes sentiers escarpés.  Il fallut toute l'audace d'un passionné de spéléologie, Edouard-Alfred Martel, pour oser s'aventurer au début du XXe siècle dans cet entrelacs de roches et de failles. Autrefois, les fermiers descendaient le blé depuis les hautes falaises, jusqu'au moulin à eau installé à l'entrée des Gorges de Kakuetta (ce dernier a été emporté par les crues de 1937), puis ensuite, ils remontaient par le même chemin les lourds sacs de farine.

Un peu plus loin, le village de Sainte-Engrâce a gardé l'authenticité  particulière des hameaux de la Haute-Soule au cœur des montagnes basques. Son église romane est un joyau architectural du XIe siècle.

A proximité, la grotte de la Verna forme un site spéléologique exceptionnel. C'est  l'une des plus grandes salles souterraines du monde accessibles au public. 



Les passeurs de Sainte-Engrâce par Kakuetta

Pendant la seconde guerre mondiale, ce passage montagneux entre la France et l'Espagne devint vite synonyme de liberté pour de nombreuses personnes souhaitant fuir la zone occupée. Les bergers basques, qui connaissaient parfaitement les escarpements rocheux, se transformaient alors en passeurs, bravant les patrouilles allemandes au péril de leur vie.
En journée, les clandestins restaient cachés dans les granges environnantes, puis, de nuit, traversaient la frontière jusqu'en Espagne… Et cela, grâce à ces passeurs de l'ombre…
Une famille de Sainte-Engrâce a retrouvé des courriers datés de 1945, adressés à leur grand-père, par des hommes qu'il avait aidé à rejoindre l'Espagne… Dans la lettre de l'un d'eux, on peut lire  " Je suis passé chez vous avec 3 de mes camarades. Nous avons laissé tous nos papiers d'identité dans votre grange à la hauteur du toit, sous la première pierre à côté de l'entrée". Le grand-père leur racontait avoir retrouvé les papiers et avoir revu 2 de ces hommes...



cascade

Ici, la nature forme un spectacle époustouflant

Seuls des sportifs entraînés et équipés pourraient se risquer le long des parois vertigineuses et ruisselantes. Leur longueur atteint 2000 mètres, leur profondeur varie entre 30 et 350 mètres et par certains endroits, comme "le grand étroit", quelques mètres à peine séparent les deux versants de la faille. Un balcon suspendu permet aux touristes d'admirer les eaux bleu turquoise du lac.

Vers la fin du parcours aménagé, après 1 à 2 heures d'expédition, le spectacle de la cascade haute d'une vingtaine de mètres récompense tous les efforts des marcheurs. Non loin de là, la grotte du lac, ornée de stalactites et stalagmites géantes est tout aussi stupéfiante.

Au passage, le visiteur respire des senteurs inconnues et admire la végétation. L'humidité de la forêt attire fougères, saxifrages et scolopendres qui poussent ici en abondance. Selon les saisons, l'œil averti reconnaitra l'éclat d'une ancolie bleue, d'un pavot jaune ou d'un géranium grenat. Dans le ciel tournoient souvent des vautours et si vous savez vous faire discret, le desman des Pyrénées, petit mammifère insectivore, montrera peut-être son long museau en forme de trompe. Enfin, avec un peu de chance, vous pourrez admirer une rare espèce protégée et emblématique des Pyrénées : le Gypaète barbu.
 


Schema parcours

Découvrir

04A Sainte-Engrâce, un lieu sauvage et spectaculaire

Les Gorges de Kakuetta sont classées parmi les sites les plus sauvages et prestigieux d'Europe. Cet espace naturel protégé est un paradis pour les randonneurs et les amoureux de nature.

Ouvertes au public depuis 1966, les Gorges de Kakuetta saisissent d'emblée le visiteur par leur beauté : un lac turquoise, un canyon, une cascade de plus de 20m, des parois vertigineuses luisantes d'eau fraîche, une végétation luxuriante… Mais où est-on ? En Amazonie, sur une île tropicale ou au bout du monde ?
Dans ce pays de Haute-Soule, seuls les contrebandiers empruntaient autrefois les rudes sentiers escarpés.  Il fallut toute l'audace d'un passionné de spéléologie, Edouard-Alfred Martel, pour oser s'aventurer au début du XXe siècle dans cet entrelacs de roches et de failles. Autrefois, les fermiers descendaient le blé depuis les hautes falaises, jusqu'au moulin à eau installé à l'entrée des Gorges de Kakuetta (ce dernier a été emporté par les crues de 1937), puis ensuite, ils remontaient par le même chemin les lourds sacs de farine.

Un peu plus loin, le village de Sainte-Engrâce a gardé l'authenticité  particulière des hameaux de la Haute-Soule au cœur des montagnes basques. Son église romane est un joyau architectural du XIe siècle.

A proximité, la grotte de la Verna forme un site spéléologique exceptionnel. C'est  l'une des plus grandes salles souterraines du monde accessibles au public. 



Les passeurs de Sainte-Engrâce par Kakuetta

Pendant la seconde guerre mondiale, ce passage montagneux entre la France et l'Espagne devint vite synonyme de liberté pour de nombreuses personnes souhaitant fuir la zone occupée. Les bergers basques, qui connaissaient parfaitement les escarpements rocheux, se transformaient alors en passeurs, bravant les patrouilles allemandes au péril de leur vie.
En journée, les clandestins restaient cachés dans les granges environnantes, puis, de nuit, traversaient la frontière jusqu'en Espagne… Et cela, grâce à ces passeurs de l'ombre…
Une famille de Sainte-Engrâce a retrouvé des courriers datés de 1945, adressés à leur grand-père, par des hommes qu'il avait aidé à rejoindre l'Espagne… Dans la lettre de l'un d'eux, on peut lire  " Je suis passé chez vous avec 3 de mes camarades. Nous avons laissé tous nos papiers d'identité dans votre grange à la hauteur du toit, sous la première pierre à côté de l'entrée". Le grand-père leur racontait avoir retrouvé les papiers et avoir revu 2 de ces hommes...



cascade

Ici, la nature forme un spectacle époustouflant

Seuls des sportifs entraînés et équipés pourraient se risquer le long des parois vertigineuses et ruisselantes. Leur longueur atteint 2000 mètres, leur profondeur varie entre 30 et 350 mètres et par certains endroits, comme "le grand étroit", quelques mètres à peine séparent les deux versants de la faille. Un balcon suspendu permet aux touristes d'admirer les eaux bleu turquoise du lac.

Vers la fin du parcours aménagé, après 1 à 2 heures d'expédition, le spectacle de la cascade haute d'une vingtaine de mètres récompense tous les efforts des marcheurs. Non loin de là, la grotte du lac, ornée de stalactites et stalagmites géantes est tout aussi stupéfiante.

Au passage, le visiteur respire des senteurs inconnues et admire la végétation. L'humidité de la forêt attire fougères, saxifrages et scolopendres qui poussent ici en abondance. Selon les saisons, l'œil averti reconnaitra l'éclat d'une ancolie bleue, d'un pavot jaune ou d'un géranium grenat. Dans le ciel tournoient souvent des vautours et si vous savez vous faire discret, le desman des Pyrénées, petit mammifère insectivore, montrera peut-être son long museau en forme de trompe. Enfin, avec un peu de chance, vous pourrez admirer une rare espèce protégée et emblématique des Pyrénées : le Gypaète barbu.
 


Schema parcours